Le Local – Rue William dans le Vieux-Montréal

J’ai testé un autre nouveau « resto branché » du Vieux-Montréal, soit Le Local, le restaurant de Louis-François Marcotte de Canal Vie (on me l’a dit, je ne connais pas son émission) et du traiteur Simpléchic que j’ai déjà eu la chance de goûter et d’apprécier. Au cuisine, le chef Alexandre Gosselin, ancien chef du resto Ô Chalet que j’avais bien aimé.

Photo tirée du site de Canoe.ca (c) Catherine Lefebvre

Le resto est un peu plus éloigné du centre du Vieux-Montréal, soit à l’Ouest de la rue McGill, sur la rue William. D’ailleurs, j’ai trouvé le restaurant un peu excentré, dans un quartier sans vie, du moins à 9h du soir. Si bien que j’avais un peu la frousse dans ce quartier mal éclairé où j’étais seule à me balader, moi qui suis pourtant une montréalaise sans peur habituellement. Heureusement, lorsque j’ai entendu un peu de musique et j’ai vu un édifice éclairé qui contrastait avec les bâtisses environnantes, j’ai su que j’avais trouvé mon resto.

J’ai rejoins mes amies au bar, car la table que nous avions réservé n’était pas prête. Le sympathique maître d’hôtel nous a installé sur une banquette et nous avons pu patienter 45 minutes, un drink à la main. Le « Local » est très beau, matériaux noble, plafonds élevés, le lieu semble confortable et le serait si ce n’est de la porte principale qui s’ouvrait régulièrement sur nous, rendant l’ambiance quelque peu frisquette. Lorsque nous avons eu notre table, notre serveur a commencé la soirée sur une mauvaise note en venant nous demander de payer des consommations que nous n’avions pas prises. Et plutôt que de trouver lui-même les solutions à son problème, il est revenu deux fois plutôt qu’une, nous accusant d’avoir pris des drinks sans les payer. Et à nous de prouver factures à la main que ce n’était pas nous.

En entrée, j’ai commandé une  » Bédaine de cochon de lait « croustitendre » braisée 7 heures aux clous de girofle, condiment de lentille Du Puy, vieille mimolett », c’est ce que j’ai préféré de tout le repas. La portion n’était pas super généreuse, mais le cochon avait un goût très fort qui rappelait les jambons de ma grand-mère, et j’ai bien apprécié son côté braisé qui était très croustillant. Cependant, j’ai trouvé que les lentilles qui accompagnaient étaient un peu trop croquantes. En repas, j’ai commandé le « Tartare de cerf de Boileau coupé au couteau comme il se doit, crème montée de câpres et cornichons, frites, salade ou 50/50 ». Sans être mémorable, la viande était bonne et l’assaisonnement juste. J’ai bien aimé l’option 50/50 qui est souvent difficile à obtenir dans beaucoup d’autres restos. Pour dessert, la tarte au citron était très réussie et j’ai apprécié les morceaux de pelures de citron confites.

Bref, très bon sans m’avoir marqué, service inégal, décor assez réussi dans l’ensemble

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s