Archives mensuelles : février 2010

Un sushiman à la maison – Région de Québec

 Un beau samedi de février, nous sommes allés nous promener dans la Vallée-du-Bras-du-Nord. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est dans le coin de St-Raymond, dans la belle région de Portneuf (environ 2h30 de Montréal). L’hiver, on y fait de la raquette ou de la randonnée, et on peut y dormir en refuge ou en yourte. L’été, on y randonne aussi, et on peut faire du canot ou du kayak.

 

L’endroit est très montagneux, et le panorama splendide. Nous avons fait le sentier nous menant jusqu’aux chutes Delaney puis jusqu’au sommet, au refuge la yourte. En tout, 12 KM, 3h30 de marche et 1800 calories brûlées (selon ma montre-cardiomètre).

 

Pas étonnant qu’après cette activité hivernale nous avions l’estomac dans les talons. Ça tombait bien car nous avions un anniversaire à célébrer dans le coin.

Pour notre souper, nous avons embauché un sushiman à domicile, soit Éric Miller, de la poissonnerie Pesca à Québec. Dans des soirées comme celle-ci, Éric arrive avec son matériel (même les assiettes) et s’installe dans votre cuisine. La plupart des ingrédients qu’il utilise sont déjà préparés, comme les concombres, et une partie du riz. Il ne lui reste qu’à rouler les rouleaux devant vous.

 

Il crée plusieurs séries de rouleaux qu’il présente sur des plats de service. Tous sont très beaux, originaux (comme ceux aux pétoncles tempura et lichis), et délicieux. Au total, il nous a servi environ 20 pièces par personne pour un montant de 40$. C’est  assez pour sortir de table bien remplis. Même qu’on n’a pas été capable de tout finir et qu’on en a conservé un petit plat pour le lendemain, quoique c’est toujours meilleurs frais fait.

 

Et quand le chef quitte, il nettoie derrière lui, donc les hôtes peuvent profiter de la soirée autant que les invités.  Et avantage non négligeable: la possibilité de consommer notre propre vin sans s’inquiéter du retour à la maison

 Pour contacter le sushiman:

Eric Miller, 418-704-3757

http://www.poissonneriepesca.com/

 

 

Publicités

The sparrow/ Le moineau – Rue St-Laurent

Dans l’ancien bar Mile-End, du quartier du même nom se trouve un restaurant bilingue : The sparrow/ Le moineau. Encensé par la critique (La Presse, Voir, Mirror) essentiellement pour ses brunchs que je n’ai pas encore eu la chance de goûter, j’avais des attentes élevées lorsque je me suis présentée pour un petit 5 à 7 – souper.

Première constatation, j’ai encore l’impression d’être au Mile-End, même si la décoration a été légèrement refaite avec, entre autre, une tapisserie d’imprimé de volatiles, et comme je m’attendais à un vrai resto, je suis déçue de voir le mobilier qui fait beaucoup plus bar-taverne que restaurant.

Le service est lent: on doit signaler notre présence. Il n’y a pas de menu, il est au fond du restaurant sur une petite ardoise et on doit se lever pour aller le voir.

Deuxième déception, il n’y a pas grand chose au menu. Force est de constater que le serveur n’aurait pas eu besoin de faire beaucoup d’effort pour nous réciter le menu. Au fond, c’est plus un établissement de boisson qui a quelques items au menu. Donc, nous avons le choix entre une salade verte (5$), du poisson et des patates, des frites, un B.L.T. (9$), et un grilled cheese (7$). Je choisi le grilled cheese et la salade verte. Le grilled cheese et le B.LT. sont bons, les frites maisons très bonnes et la salade correcte (manque un peu de vinaigrette).

Avant de partir, on a de la difficulté à obtenir l’addition. On ne la recevra jamais finalement, la serveuse nous disant de vive voix quel montant la table entière doit payer. Difficile de partager quand on n’a aucune idée du prix des boissons commandées. Bref, le service aura été minimaliste du début à la fin. En conclusion, c’est une place qui ne vaut pas le déplacement pour le souper. Cela fait très bien l’affaire pour prendre un verre lorsqu’on est dans le coin, et ce qu’on mange est bon, mais pour le choix, c’est plutôt décevant.

Il faudrait que j’y retourne pour le déjeuner (avec tout le bien qu’on en dit), mais l’attitude du personnel ne m’a pas donné envie d’y revenir.

PS. Je suis toujours sous le choc que ce restaurant ait 4 étoiles dans le guide voir, alors que le Bar et Boeuf n’en a que 3!

Restaurant 5000 ans – Rue St-Denis

Mini-post pour vous faire découvrir un restaurant coréen de la rue St-Denis (entre Sherbrooke et le Carré St-Louis).
Le restaurant 5000 ans (le nombre d’années d’existence de la cuisine coréenne) se targue de faire de la cuisine santé, et ça semble le cas pour ce que nous avons goûté. Leur carte est assez extensive avec plusieurs choix de soupes, de plats à partager, de crêpes coréennes et d’entrées.
Le thé et la petite soupe nous ont été offerts par la maison. En ces temps plutôt frisquets, c’est grandement apprécié.

soupe

 

 

 

Je n’ai malheureusement pas retenu les noms complets de ce que nous avons commandé, mais ce plat (« bibimbap » au poulet épicé, je crois) était délicieux et arrivait à la table en frétillant dans un bol de pierre chaud. 

Pas cher du tout, de 20 à 30 $ (à deux) pour essayer plusieurs items du menu et repartir l’estomac rempli. 

3441 Rue St-Denis, 514-845-8902

El sombrero – Rue Bélanger

Envie du Mexique en plein hiver? Passez au restaurant mexicain El Sombrero sur la rue Bélanger dans la petite patrie. Le décor du petit local rappelle certains « tout  inclus » avec  ses peintures murales de bord de mer et le faux petit bar en bambou au fond du resto. Par contre, la nourriture y est succulente et « muy autentica ». Disons que c’est plus proche du vrai Mexique que les Carlos and Pepe’s et les 3 amigos de ce monde.

 Cela fait deux fois que je visite le restaurant et c’est toujours assez rempli. Des familles latino, avec des bébés ou des ados, des couples dans la vingtaine ou trentaine, ainsi que des habitués du quartier. Un petit bol de salsa et de nachos nous est servi pour patienter. La carte est assez longues mais essentiellement, on y va pour les tacos et les enchilladas qui sont déclinés dans plusieurs saveurs : porc, bœuf, poulet, crevettes, etc…

Sur la photos, la délicieuse guacamole, fraîche à souhait avec une touche de corriandre.

Les enchilladas à la mole de poulet (sois du poulet dans une sauce au caco). Un choix idéal en ces mois hivernaux

Le classique tacos au poulet (où les tacos ne sont pas les croustilles dures « old el passo » que l’on achète à l’épicerie, mais des tortillas molles).

Où: 500A Rue Bélanger, Montreal, QC

 Combien: À prix doux, on s’en sort avec 38 $ pour les deux plats et la guacamole, ainsi que des boissons d’hibiscus. (taxes et pourboire inclus)

Argent comptant seulement