DNA – 355 Marguerite D’Youville, Vieux-Montréal

La première réaction en arrivant au DNA, c’est d’être impressionné par les lieux. Avec un décor qui n’a pas de comparable à Montréal, le restaurant surprend. Avec à sa gauche un bar lounge aux teintes de rouge qui réchauffe n’importe quelle soirée d’hiver et à droite, le restaurant, tout en vitres et en décor moderne, on oublie qu’on est à Montréal, et  on se sent un peu « jet-set ».

Le menu nous rappelle que nous sommes au Canada. D’abord, la carte des vins fait belle part aux vins d’ici, que ce soit de la péninsule du Niagara ou de la valley de l’Okanagan. De plus, entre 17h et 19h, les bouteilles canadiennes sont à moitié prix. Il est donc intéressant de goûter des bouteilles entre 70 $ et 100$ qui reviennent à prix doux (il y en a aussi des beaucoup plus chères). Sans connaissance sur les vins canadiens, surtout que ce sont des importations privées, nous nous sommes fiées aux conseils du sommelier. Nous étions sceptiques sur le potentiel des vins d’ici mais nous avons pu voir qu’il se fait de très bon vins au Canada (malheureusement, ceux-ci ne sont pas vendus à la SAQ).

 Sur la table aussi le menu est local. Et il est généreux. Au bar, on nous sert de petits amuses-bouches, et lorsque nous passons à table aussi. C’est toujours très apprécié. Puis avec le repas, on a droit à du pain maison servit avec de l’huile de tournesol (l’huile d’olive, il n’y en a pas ici). En entrée, nous avons goûté les charcuteries maison qu’on nous a présenté une à une, il y avait tellement de sortes, qu’une fois le serveur reparti, nous avions déjà oublier leur nom. Aussi un tartare de coeur de cheval. Ça peut en rebuter plusieurs, mais dans la bouche c’était délicieux.

Comme entremet, nous avons choisi des pâtes farcies au bœufs braisés et des gnocchis de courge dans une sauce au beurre. Humm décadent.

Pour repas, nous avons choisi un mélange inusité, de porc croustillant et de palourdes (gigantesque), le tout servie avec des scones parfaits, pour tremper dans la sauce au fond de l’assiette.

En dessert, une tarte aux noisettes, glace au gingembre. Idéal pour se sucrer le bec, sans repartir chez soi avec un poids sur l’estomac.

 Le total: environ 230 $ à 3 pour les assiettes mentionnées et 2 bouteilles de vins.

 Verdict: un 75 $ bien dépensé, et nous avons été servie comme des reines. Un des meilleurs services que j’ai eu à Montréal.

Pour réserver: 514-287-3362

Critiques: Voir, Daraize, Globe, La Presse, The Gazette, Mirror, Hour, le Devoir, Arôme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s