Archives de Tag: Cuisine italienne

Portovino – Quartier Dix30

J’aime bien Montréal, mais il m’arrive parfois de sortir dans le 450. Cette fois-ci, j’ai essayé le Portovino à Brossard, dans le Quartier Dix30. C’est un apportez votre vin. Je ne connaissais pas ce restaurant avant de recevoir une invitation pour la fête d’une amie, mais ce n’était pas un secret caché à voir la foule qui attendait devant le restaurant le samedi de ma visite.

Cela m’a rappellé les sorties que je faisais jadis à l’Académie sur la rue St-Denis, où le repas était plutôt un prétexte à prendre un verre (ou deux ou trois) avant de sortir.

Le restaurant est immense. Il me vient en tête l’idée d’un Club Price de la restauration. C’est décoré moderne et c’est convivial pour les groupes.

C’est un restaurant italien qui sert des pâtes et de la pizza, mais aussi des viandes. Un serveur vient d’ailleurs nous montrer un assortiment de viandes crues pour nous tenter (?). Cela se veut un genre d’imitation de la Queue de cheval, mais dans mon souvenir, à la Queue de cheval, on nous montrait notre pièce qu’ils allaient cuire pour nous.

Bref, on y sert les classiques du moment, comme ce tartare de thon et décoration d’oreilles de lapin.

Le classique tomates et boconccini, avec la tomate entière.

Un autre grand classique, les pâtes au fruits de mer.

Une pièce de viande, cuite cette fois.

La pizza que j’ai commandé, et qui était à partager. Elle était très bonne.

Le Portovino n’est pas un restaurant gastronomique, il y a beaucoup de monde et c’est bruyant. N’y aller pas en amoureux la fin de semaine. Par contre, ce restaurant a sa raison d’être et c’est d’accueillir facilement les groupes. Donc allez-y entre amis, apportez vos bouteilles favorites, et profitez de votre soirée. Car dans des soupers au restaurant, ce n’est pas toujours la nourriture qui compte le plus, c’est aussi les gens avec qui on la partage.

Portovino : Quartier Dix30 et aussi à Laval, Terrebone et Dorval

Portovino on Urbanspoon

Publicités

Pizzeria Napoletana – Rue Dante

Dans la Petite-Italie, la pizzeria Napoletana est une institution. Suffit de passer devant pour voir la file de gens qui attendent pour une place, été comme hiver. Dans la foule, on retrouve des couples de tout âge, des familles, des gangs de jeunes.

C’est un restaurant apportez votre vin. Et je ne peux vous cacher qu’à l’intérieur le nombre de décibels explose. Tant qu’à moi, on oublie ça pour la soirée romantique, mais pour l’ambiance survoltée, c’est un choix judicieux.

Au menu des tonnes de pizzas (39 sortes au menu) et des pâtes. À moins de ne pas aimer du tout la pizza, je m’en tiendrais à celle-ci.  Elles sont toutes excellentes.

On voit ici la Trastevere : mozzarella, champignons, prosciutto, fromage bleu, sauce tomate.

Chef : champignons, mozzarella, anchois, olives, tomates tranchées

Napoletana : champignons, mozzarella, anchois, parmesan, sauce tomate

Caprina :fromage de chèvre, sauce tomate, ail, roquette, tomates séchées

Pour dessert, on a mangé, à la maison, des cannolis de la pâtisserie Alati-Caserta qui est également située sur la rue Dante. D’ailleurs, si vous avez la chance de passer voir cette pâtisserie, allez-y, on dirait que le décor n’a pas été touché un iota depuis les années 1950.  D’ailleurs, je ne voudrais pas qu’ils changent leur recette de cannolis, ils sont parfaits.

Pizza Napoletana: 189, rue Dante (coin de Gaspé), pas de réservation possible.

Critiques: Mirror, Table pour deux

Pizzeria Napoletana on Urbanspoon

Prato Pizzeria – 3891 rue St-Laurent

Je suis passée plusieurs fois devant la Pizzeria Prato sans jamais la remarquer. Peut-être parce que le Schwartz’s à côté prend toute mon attention. Pourtant, le resto fonctionne depuis de nombreuses années et a son lot de fidèles. D’ailleurs, le restaurant s’est rempli à vue d’oeil le soir de notre visite, créant même une petite file d’attente.

 L’ambiance est chaleureuse et le service sympathique. Au menu : des tonnes de pizzas qui sont cuites dans un four bien en vue dans le restaurant. Nous en avons testé une végétarienne et une all-dresssed au bacon. Les pizzas sont ovales et sont servies sur une plaque en aluminium. La croute est très bonne. 

 

 

Nous avions aussi un amateur de calzone parmis nous qui a bien aimé celui de chez Prato.

Pour boire, nous avons pris le demi-litre de vin maison (je ne me souviens plus le prix, mais ce n’était vraiment pas cher) et une bière. L’ensemble (deux pizzas, le calzone et les boissons) a coûté 80$, taxes et pourboires inclus. Pour rassasier quatre personnes, c’est une belle aubaine.

Pizza Prato : 3891, boul Saint-Laurent, 514-285-1616

Critiques: Mirror, Montrealfood, Dessous de Montréal, Prétexte

Prato Pizzeria on Urbanspoon

Basi – Rue Shamrock, Petite-Italie

Aux abords du marché Jean-Talon, sur la rue Shamrock (derrière le Première Moisson), est installé le restaurant Basi. Par l’image sur le menu, j’imagine que Basi fait référence au basilic. Le resto aux banquettes blanches et écrans encastrés dans les murs me semble ressemble à l’idéal « branché » version 2001.  Mais, laissons tout de même la chance au coureur car c’est agréable de sortir en dehors des grandes artères et la Petite-Italie réserve souvent bien des surprises. Devant le resto, une grande terrasse décorée de façon « harem des milles et une nuits » doit être bien agréable les soirs d’été.

Chef/owner Maurizio Mercuri and wife Lynn with the shrimp tagliatelle at Basi, July 08, 2008.

Le chef-proprétaire Maurizio Mercuri et sa femme Lynn.

Source: The Gazette /Vincenzo D’alto.

 

Ce resto italien mentionne sur sa carte (horrible graphisme en passant) qu’il n’utilise que des ingrédients frais, le cuisinier n’ayant qu’à tendre le bras pour faire les courses au marché Jean-Talon.

En entrée, les classiques calmars frits, salade de roquette, proscuitto et mangues. Bons mais sans feux d’artifices. En repas, raviolis aux épinards et fromage ricotta, fait sur le champs par le cuisinier qu’on voit s’activer dans la cuisine. Aussi des pâtes au ragoût de lapin avec beaucoup de morceaux de viandes. Les plats sont effectivement ultra-frais, par contre, le gros bémol était que tous les plats manquaient royalement de sel. Je ne sale jamais mes plats au restaurant, et cette fois-ci, c’était vraiment nécessaire pour tous les convives. Tellement qu’on a vidé la salière et demander du sel additionnel.

Quelques choix de vin et cocktail maison (plutôt chers), et un choix de vin maison vraiment pas cher. 12 $ le demi-litre. Étrangement, le litre était à 24 $, aucun avantage à prendre la plus grosse portion. C’est rare.

Le service se veut familier (le serveur nous appelle par notre prénom, qu’il tente de mémoriser), mais bien que sympathique, cela s’éternise et on doit redemander plusieurs fois pour des choses simples comme un verre d’eau. Un problème informatique a rendu laborieux le paiement de nos factures, et ce n’est que quatre heures après notre arrivée que nous quittons le restaurant.

Bref, c’est un resto italien standard, où la nourriture n’impressionne pas, mais est facturée à prix raisonnable.

PS. J’ai appris après mon souper que le resto était tenu par la famille Mercuri (XO, Brontë). Disons que si je l’avais su, mes attentes auraient été décuplées.

Basi

77 Shamrock Avenue, Montreal, QC

514-750-0774