Archives de Tag: Japon

Big in Japan – Rue St-Laurent

Quel restaurant hétéroclite! Quand on m’a dit qu’il y avait un nouvelle isakaya sur St-Laurent, j’ai pensé à quelque chose comme Kazu ou encore décor en bambou. de l’extérieur Big in Japan ressemble à un fast-food, avec des tables et chaises fixe. À l’intérieur, c’est un mélange des genres plutôt kitsch.

Au fond, il y a des banquettes rondes et c’est plutôt sympathique, comme le service d’ailleurs. C’est l’heure du 5 à 7, il y a des bières japonaises au menu, mais je prends plutôt un soda, avec une bouteille franchement originale. Le goût par contre rappellait notre « cream soda ».

Le concept est plutôt plat à partager. Nous testons l’assiette de fromage japonais dans la sauce tomate ainsi que des gyozas (dumpling japonais).  Puis des moules au safran et beurre. Des sandwichs cuits à la vapeur, deux au porc, deux version chili. Puis un plat au menu du jour, des calmars et pâtes.

Tout ce que nous avons goûté était très bon, sauf les calmars, sauce trop crémeuse qui tombait sur le coeur.

Pour dessert, nous avons pris un genre de flotteur de crème glacé servi sur corn flake avec pate de fève rouge (le classique japonais).  C’était bon.

Il n’y a rien qui m’a fait vraiment trippé, mais l’ensemble m’a vraiment plu. J’y retournerai certainement pour goûter d’autres spécialités au menu. Passez-y si vous êtes dans le coin. Ce n’est pas très cher et c’est vraiment différent de ce qu’on connait. C’est un mini-voyage au Japon à faible coût.

Ça nous à coûter 100 $ à 3 pour être complètement bourrés. Taxes, pourboires, et deux bières incluses.

 Big in Japan: 3723, boulevard St-Laurent, 514-847-2222

Critiques: La Presse, Gazette, Voir, Midnight Poutine, 2 capricieux, shut up and eat, Pretexte

Publicités

Tout est bon au Japon (troisième partie)

Un restaurant que nous avons trouvé près du Senso-ji servait des pot-au-feu dans un ambiance de vielle brasserie.  Nous en avons commandé au canard et oignons.  Accompagné d’une bonne bière, c’était un régal.

En plein milieu du parc d’Ueno, à Tokyo, nous somme tombés sur un petit restaurant qui était une oasis de calme. Divisé comme une maison à l’ancienne, avec des planchers et des murs en bois, le resto était entouré de jardins zens. On y servait un repas végétarien. Le sens de végétarien semble beaucoup plus flexible pour les japonais puis qu’il contenait du poisson et un morceau de poulet. L’ensenble était plutôt sympathique avec plein de petites bouchées dont je n’aurais pas su expliquer l’origine. Encore une fois, la présentation visuelle était impécable.

Bien sûr, qui dit Japon dit sushis.  Il y a les plateaux de poissons comme on voit sur la photo suivante. Par contre, les rouleaux comme on sert ici, sont très rares là-bas. L’accent est vraiment mis sur le poisson. Et là-bas, pas de goberge, mais bien des vrais pattes de crabes!

Un incontournable de Tokyo est le marché Tsukiji. On peut y manger sur place des poissons parmi les plus frais au monde. Ils n’ont pas été congelés.  

Nous avons choisi un bol qui présentait un dégradé de thon. À gauche, le thon maigre tel qu’on le connait ici, dans le milieu, le mi-gras, et à droite, le gras. Plus le thon est gras, plus il est apprécié, et plus il coûte cher. Nous étions sceptique, mais c’est vrai, le thon gras fond dans la bouche. Dans le milieu, en orange, c’est de l’oursin.

Nous avons trouvé un autre exemple de fraîcheur exemplaire, cette fois au marché de Kanazawa, une autre ville portuaire. Cette fois, nous avons mangé nos sushis dans le cadre d’un Kaiten sushi (service de sushis tournants). On prend les assiettes qui nous tentent et dont le prix dépend de la couleur. Ça va de 1$ à 15$ l’assiette. La majorité à 2-5$. C’est très populaire.

Voilà qui conclut notre expérience culinaire nippone.

Pour ceux qui voudrait en savoir plus, voici quelques liens de blogs qui se sont intéressés au sujets.

http://laderoutee.com/category/japon/

http://toctoctocjapon.blogspot.com/

http://chocolateandzucchini.com/vf/2010/05/japon_morceaux_choisis.php

http://foodfile.typepad.com/

Tout est bon au Japon! (Deuxième partie)

À Takayama, nous avons logé au Ryori Ryokan Hanaoka, inspirés par le surperbe blog de Paul (Paul’s travel pics). Vraiment, un repas inoubliable côté saveur et côté visuel.

De plus, on ne voit pas tout sur la photo. Nous avions du boeuf de Hida dans une cocotte sur un petit brûleur. De plus, le chef nous a aussi apporté une soupe miso, de la costarde aux fruits de mer et des nouilles soba. Le déjeuner, ci-bas, ne nous a pas déçu non plus.

Décidément, Takayama nous a porté chance car c’est dans cette ville que nous avons mangé la meilleure soupe ramen qui soit. Et c’est par hasard. Nous cherchions un endroit avec l’air climatisé et deux personnes sont sorties d’un resto qu’on aurait pas remarqué si ce n’avait pas été de la « draft » de froid qu’on a ressenti lorsqu’ils ont ouvert la porte. Un bouillon qui nous a ravi le coeur.

Takayama, c’est aussi une ville où l’on fait du saké. Nous avons pu en déguster de très bons. J’ai vraiment été agréablement surprise, car je n’avais jamais réussi à apprécier les saké que j’avais gouté ici jusqu’à présent. Là-bas, on les sert dans de petits verres à shooter en bois qu’on remplie au maximum.

Plus tard, à Nikko, j’ai été fasciné par ce repas de yuba (peau de tofu). Difficile à expliquer ce dont il s’agit, mais ce menu dégustation montrait bien qu’il était possible de donner plusieurs saveurs et plusieurs texture à ce dérivé du tofu. D’ailleurs, je me demande si ça se trouve ici (en restaurant ou épicerie).

Tout est bon au Japon! (Première partie)

J’ai eu la chance de faire un petit voyage de l’autre côté de la planète, au Japon, et j’ai eu envie de vous montrer le côté gourmand de mon périple en quelques photos.

 Tout d’abord, les fameuses boites bento que l’on trouve partout dans les gares. Celles-ci étaient légèrement modernisées, mais tellement savoureuses.

Les gigantesques nouilles soba servies froides, un vrai régal quand il fait 35 dehors.

Une soupe ramen et des gyozas maison (faits devant nous de mains expertes en moins de deux minutes).

Dans une petite auberge de Shirakawa-go dans les alpes japonaise, nous avons eu la chance de manger un repas traditionnel préparé par la famille qui habite cette petite auberge avec un toit de chaume.

Dans le brûleur, en haut à droite sur la photo, il y avait de délicieuses tranche de boeuf de Hida (boeuf prestigieux, comparable au boeuf de Kobe), qui cuisant lentement pendant qu’on dégustait le contenu de notre plateau. Notez aussi le petit shooter à gauche du cuiseur. C’était du saké au lait (de Hida bien sûr), j’ai trouvé cela plus doux que le saké traditionnel.

Nous avons aussi eu un savoureux déjeuner le lendemain. Remarquez la feuille de magnolia sur le cuiseur sur laquelle on fait cuire du miso avec des oignons verts et des champignons.  Une fois cuite, cette mixture est mangée avec le riz. C’est délicieux.  J’ai même de la pein quand je pense que je ne pourrai pas en remanger avant une éternité!