Archives de Tag: Petite-Italie

Le Pourvoyeur- Rue Jean Talon

Sur la rue Jean-Talon, collé sur le Marché, se trouve le Pourvoyeur. S’il ressemble plus à un bar, avec un menu offrant des petits encas, genre mini-burger et autres, le Pourvoyeur fait aussi des menus pour les groupes.

C’est ce que nous avons fait pour la fête de ma belle-soeur, et pour un menu à    20$, j’ai été agréablement surprise.

En entrée,  soupe au légumes ou salades aux petits fruits.

Avec au choix saumon sur salade de fenouil et patates pilées aux herbes.

Ou bien côte de porc et sauce au champignon sur patates douces.

Je crois que le dessert est la partie qui m’a le plus marquée. Les brownies chauds fondaient dans la bouche.

Ce n’était pas le repas du siècle, mais tout était bon. L’ambiance du bar est sympathique et la boisson pas trop chère. C’est une bonne place pour célébrer un anniversaire sans se compliquer la vie et vider notre portefeuille. D’ailleurs, il y avait plusieurs bouteilles de vin à prix abordable au menu.

Le Pourvoyeur : 184 Jean-Talon Est, 514-277-5858

Critiques: Gazette, Voir, Will travel for food, Jeudi de la paye,
Le Pourvoyeur on Urbanspoon

Publicités

Pho Nam Do – Rue St-Denis

En matière de restaurant vietnamien, j’ai mes habitudes au Pho Tay Ho et au Y Lan (apportez votre vin) juste en face. Alors, il est plutôt rare que je m’aventure dans d’autres petits restaurants. Pourtant dans Rosemont, il ne manque pas de variété dans ce domaine.

Alors un soir où nous nous trouvions près du marché Jean Talon, nous avons décidé d’essayer le Pho Nam Do situé au coin des rue St-Denis et Jean-Talon.  Vous le reconnaitrez, c’est celui qui a une grosse verrière devant. À l’intérieur,  le décor hétéroclite nous fait sentir à moitié au restaurant, à moitié chez des gens.

J’aime goûter à des nouveaux mets, mais c’est rare que je commande des choses extravagantes dans des restaurants vietnamiens car lorsque je m’y rends, c’est souvent à cause d’une envie de « confort food ». Mon beau-frère, qui a voyagé au vietnam, m’a donc fait goûter à une entrée de saucisses que je n’aurais probablement jamais commandée (photo ci-dessous).

Ce n’est pas un effet visuel de la photo, les saucisses n’avaient vraiment l’air pas cuites, même si elles l’étaient. Ce n’était pas mauvais, mais je ne suis pas sûre que cela m’a convaincu. En tout cas, pour de l’exotisme, c’est réussi.

Pour le reste, nous nous sommes lancés dans les classiques. La fameuse soupe Pho, le poulet grillé et le sauté de légumes servi sur nouilles frites. Pour tous ces mets, le Pho Nam Do égalise les autres restaurants vietnamiens que je connais. C’est à croire qu’ils ont presque tous les mêmes recettes.

Ce qui a rendu notre visite plus divertissante, c’est un employé (qui devait trouver le temps long) et qui a entrepris de nous montrer à faire des étoiles avec des pailles. La soirée s’est transformée en atelier d’origami de pailles, mais sans grand succès de notre côté.  Il semble que ce soit super populaire au vietnam.

Ici, une video d’une jeune fille qui montre à faire ces étoiles.

Pho Nam Do: 7166, rue St-Denis, 278-8756

Pho Nam Do on Urbanspoon

Pizzeria Napoletana – Rue Dante

Dans la Petite-Italie, la pizzeria Napoletana est une institution. Suffit de passer devant pour voir la file de gens qui attendent pour une place, été comme hiver. Dans la foule, on retrouve des couples de tout âge, des familles, des gangs de jeunes.

C’est un restaurant apportez votre vin. Et je ne peux vous cacher qu’à l’intérieur le nombre de décibels explose. Tant qu’à moi, on oublie ça pour la soirée romantique, mais pour l’ambiance survoltée, c’est un choix judicieux.

Au menu des tonnes de pizzas (39 sortes au menu) et des pâtes. À moins de ne pas aimer du tout la pizza, je m’en tiendrais à celle-ci.  Elles sont toutes excellentes.

On voit ici la Trastevere : mozzarella, champignons, prosciutto, fromage bleu, sauce tomate.

Chef : champignons, mozzarella, anchois, olives, tomates tranchées

Napoletana : champignons, mozzarella, anchois, parmesan, sauce tomate

Caprina :fromage de chèvre, sauce tomate, ail, roquette, tomates séchées

Pour dessert, on a mangé, à la maison, des cannolis de la pâtisserie Alati-Caserta qui est également située sur la rue Dante. D’ailleurs, si vous avez la chance de passer voir cette pâtisserie, allez-y, on dirait que le décor n’a pas été touché un iota depuis les années 1950.  D’ailleurs, je ne voudrais pas qu’ils changent leur recette de cannolis, ils sont parfaits.

Pizza Napoletana: 189, rue Dante (coin de Gaspé), pas de réservation possible.

Critiques: Mirror, Table pour deux

Pizzeria Napoletana on Urbanspoon

Kitchen Galerie – Rue Jean-Talon

Après avoir tenté de manger deux fois au Kitchen Galerie sans succès, faute d’avoir réservé à l’avance, nous avons finalement eu notre chance un beau jeudi soir de mai.

 Ce restaurant de la rue Jean-Talon, collé sur le marché, est sympathique, très petit, avec la cuisine au centre du restaurant d’où il est facile de voir les chefs à l’oeuvre. D’ailleurs, ce sont eux qui sortent de la cuisine pour venir prendre nos commandes et nous recommander quelques bons verres. D’ailleurs, nous avons été traitées aux petits soins. Tous les plats nous ont été expliqué en détail et avec passion. J’ai aimé que le chef nous suggère des vins et que si ce n’est pas à notre goût après une gorgée, qu’il corrige le tir. Souvent lorsqu’on commande au verre, la bouteille nous est présentée et le verre complet est ensuite rempli. Ici, on verse une larme de vin, et si le client aime, on rempli, sinon on passe à une autre bouteille. Ce devrait être ainsi partout. Que de belles découvertes ferions nous, plutôt que de nous arrêter au premier verre même s’il n’est pas à notre goût.

 Kitchen Galerie propose environ six entrées, dont trois de foie gras qui sont au menu en permance (car le reste de la carte bouge en fonction de ce qui est offert au marché juste derrière). Nous nous sommes donc joyeusement lancées dans le foie gras, avec celui cuit au lave-vaisselle et celui en mousse (en extra de la table d’hôte 7 et 14 $ respectivement). Cela vaut la peine. C’est délicieux et les portions généreuses. Nous avons aussi testé une croquette d’escargot, excellente et difficile à décrire.

 Au repas, le menu présenté toujours deux viandes, deux poissons (ou fruits de mer) et des pâtes (ou risotto). J’ai opté pour du porc braisé au four (pendant de très longues heures), sur écrasé de patates rattes et fèves vertes. Du confort food à l’état pur. J’ai eu la chance de goûter les pétoncles sur ratatouille, cuisson parfaite, saveur exquise ainsi que le risotto, très bon, mais moins impressionnant que le reste.

 

Au dessert, il y avait trois choix au menu. Quelle chance, nous étions trois, nous les avons tous goûtés. Une crème brûlée, classique, un pouding chômeur réinventé, excellent, et un petit brownie qui a su satisfaire notre besoin de chocolat.

 Nul besoin de dire que nous sommes parties repues, satisfaites et charmées par le service. C’est une belle découverte et nous avons déjà hâte d’y retourner.

 Pour le prix, compter environ 30 à 40 $ pour la table d’hôte. Et le vin au verre est facturé raisonnablement.

60 rue Jean-Talon Est / 514-315-8994

Le roi du Taco/El Rey del Taco – Marché Jean-Talon

Au marché Jean-Talon, à côté de la SAQ, se trouve un petit restaurant mexicain. Une petite cantine, je dirais, tellement tout est bonne franquette et un peu bric à brac. Rien de compliqué, tout est cuisiné devant nous dans une cuisine ouverte. Les plats n’ont rien de raffinés et c’est problement servis de la même façon qu’à la maison. On est loin de l’expérience gastronomique mais n’en demeure pas moins que c’est goûteux (beaucoup plus que dans les chaînes de restauration rapide « mexicaines »), et quand une fringale nous prend au marché, c’est une bonne option qui est bon marché (environ 8 $ taxe incluse par assiette).

On y sert donc les classiques tacos, buritos, etc… On y vend aussi certains produits mexicains comme des fromages et des nachos.

Le roi du taco/ El rey del taco

 232 rue Jean-Talon

514-274-3336

Critiques: Voir

El Rey del Taco on Urbanspoon

Bottega – rue St-Zotique

Souvent louangée comme étant une des meilleures pizzas à Montréal, la pizza de chez Bottega ne laisse pas indifférent. Cuisinée dans un four traditionnel (« conçu à même 3 500 kilos de pierres volcaniques du Vésuve, capable de cuire la pizza à température très élevée, soit 900 degrés F en seulement 90 secondes, et optimiser toutes ses saveurs »), qui trône bien en vue dans le restaurant, la pizza est mince et savoureuse. On est loin des pizzas graisseuses et couvertes de fromage. Ici, quand on sert du mozzarella, la portion est plus petite, mais le goût délicat du fromage est décuplé.

Source: www.restomontreal.ca

 Au menu, 14 choix de pizza dont les prix vont de 12 à 30$ (pour la Tartufo Nero) pour une moyenne de 15 $. Les pizzas sont assez grosses, mais étant donné qu’elles ne sont pas aussi garnies que les traditionnelles pizzas, et que la croûte est très mince, il est préférable de commander une pizza par personne, avec la possibilité bien sûr de s’échanger des pointes, question de goûter à tout!

 Le menu compte aussi 3 choix de calzones ainsi que des entrées. Nous avons goûté la salade d’endive qui était délicieuses.

 Au dessert, les traditionnels biscotti, tiramisu et cannoli, ainsi qu’un bar complet de Gelato Artigianale (crème glacée italienne maison), miamm!

 Quand nous y sommes allées, un samedi soir,  le resto était bondé, même s’il n’était que 17h45. La clientèle des couples, jeunes et moins jeunes, des tables d’amis et aussi des familles, vraiment varié. Le décor est assez réussit, le service courtois mais sans plus.

 On y retourne : pour la merveilleuse croûte et les ingrédients « de luxe ». On peut aussi ramasser une pizza et la manger chez soi.  

Quelques photos ici

Bottega (menu disponible en ligne)

65 Rue Saint-Zotique Est
Montréal, QC H2S
(514) 277-8104

Geisha Sushi – Rue St-Zotique

Il y a quelques années, j’ai découvert le restaurant Geisha Sushi (plutôt mal situé, sur la rue St-Hubert à l’arrière de la station centrale d’autobus de Montréal). Ce petit restaurant, décoré kitsch à souhait, avait su me charmer avec un menu dégustation fascinant de pièces de sushis montées. Après plusieurs visites (questions de faire goûter à tous mes amis), je me suis retrouvée derrière des portes closes.

 Cela fait environ deux ans, et j’y pensais encore souvent et je faisais des vérifications ponctuelles sur internet pour voir s’il n’avait pas rouvert dans un autre local. À ma grande surprise, je l’ai retrouvé par hasard au 150 rue St-Zotique, sur le coin Casgrain. Dans une encore plus petite boutique, le restaurant sans décoration fait maintenant dans le sushi à emporter. On trouve quand même trois tables, mais on est loin du confort de l’ancien restaurant.

 Par contre, il fallait que j’essaie. Sans doute n’allais-je pas retrouver les élégants montages d’autrefois, mais peut-être trouverais-je ici le meilleurs sushi à emporter du quartier Petite-Patrie/Petite Italie.

 Quelle surprise, le chef propose encore ses créations de sushi, dont les délicieuses langues de feu (facturée raisonnablement à 13.85 pour 10 morceaux). Les sushis sont tous excellents, bien plus que dans les comptoirs habituels. En plus pour une commande de 25 $ et plus le chef rajoute une surprise. Dans notre cas, c’était des rouleaux impériaux au saumon. Délicieux et très frais.

 

Le seul hic a été l’attente, heureusement, nous en avons profité pour aller faire nos commissions au marché Jean-Talon. Mais je suggérerais de passez une commande par téléphone  (514)273-7737, pour ne pas avoir à attendre. L’autre facteur désagréable est la présence d’un réfrigérateur près de la salle à manger, ce qui peut être agaçant pour ceux qui compte manger sur place.

 Sinon, rien à redire, j’ai retrouvé mes sushis préférés, facturés à prix doux, pour 36 $ à deux, nous avons eu droit à un festin.