Archives de Tag: Resto

Au Pied de cochon – Rue Duluth

C’est presque un péché pour une blogueuse culinaire, mais jusqu’à tout récemment, je n’avais jamais essayé le Pied de Cochon, ni sa fameuse poutine au foie gras emblématique de la gastronomie montréalaise. Pour ma défense, je dois dire que j’avais essayé la Cabane à sucre du Pied de Cochon.

Cette naïveté est chose du passé et je suis mainenant dans le club des privilégiés ayant essayé la dite poutine. Ok, pas si privilégiés que ça vu que le restaurant roule à sa pleine capacité presque tous les soirs de l’année.

C’était le cas lors de notre visite qui était d’ailleurs imprévue. Nous avons été chanceux de nous voir offrir une place au bar. Ces places font face à la cuisine et nous placent dans le feu de l’action. Les cuisiniers s’agitent devant nous, et c’est un spectacle fascinant. Ce n’est pas la place que je conseillerais pour un souper romantique, mais pour un foodie dans l’âme c’est toute une expérience. C’est là qu’on voit que ce n’est pas parce qu’on cuisine bien qu’on pourrait travailler dans un restaurant! Ça roule vite et ça n’arrête jamais.

La voilà la fameuse poutine. Les morceaux de foie gras sont énormes. Moi, qui n’est pas très frites, je les ai adorés. Mais le meilleur selon moi, c’est la sauce. Pas question d’en laisser une trace dans l’assiette.

Le jour de notre visite, il y avait aussi en entrée ce sandwich spécial pour céléber la saison des sucres. Entre deux pains dorés, du jambon fumée, de la mousse de foie de volaille, de la moutarde au beurre d’érable et le tout nappé de syrop d’érable. C’était gigantesque et cochon. Pour 10$, c’est le meilleur sandwich que j’ai mangé de ma vie! Pourquoi le Pied de cochon ne fait pas de brunch?

Avec le succès du Pied de Cochon, je m’étais fait une image du resto pas mal plus guindée que ce que c’est en réalité. Le décor est plutôt simple, c’est la cuisine qui vole la vedette. Et vraiment, après tant d’attente et de bons commentaires, j’avais peur d’être déçue. Cela n’a pas été le cas.

Au Pied de Cochon: 536 Rue Duluth Est, 514-281-1114 (Réservé si vous ne voulez pas être déçus)

Publicités

La Maison du Nord – Rue St-Mathieu

Si je n’avais déjà goûté la cuisine de la Maison du Nord, je n’aurais probablement pas osé amener mon amoureux dans ce petit restaurant de rue St-Mathieu.  Le local est pas mal tout croche et pas très chaleureux. Un gros écran géant diffuse un vieux film d’action américain avec sous-titre chinois. L’ambiance n’est pas à la romance.

Malgré tout, nous fonçons. Je sais que la soupe au boeuf braisé lui plaira, et je meure d’envie de goûter le sandwich au porc. 

Lorsque vous commandez une soupe, il faut absolument prendre l’extra pour les nouilles faites à la main   (1$). J’ai essayé les deux, et la différence vaut beaucoup plus que cela.

Ce n’est probablement pas une soupe très santée, c’est plutôt gras et le bouillon est pas mal salé. Par contre, cette soupe fait voyager. Elle ne goûte comme aucune autre que j’ai essayé. Elle m’amène dans le Nord de la Chine dans un petit resto tout croche que je n’aurai probablement pas la chance de visiter.

J’avais entendu parler du sandwich, mais je ne l’avais jamais essayé. On disait de lui qu’il était délicieux et très gras. C’est vrai, mais quand même pas aussi gras qu’un smoked meat de chez Schwartz. Et puis, c’est le pain qui m’a marqué, dur à l’extérieur et mouillé à l’intérieur par la garniture de porc.

C’est un restaurant que je recommande à ceux qui aiment voyager avec leurs papilles gustatives.

J’oubliais les prix sont doux. La facture était de moins de 20$ pour deux avec un petit reste pour le lendemain.

La Maison du Nord: 2130, rue St-Mathieu. 514-670-3188

Critiques : La PresseComme les chinois,
Maison du Nord on Urbanspoon

Maria Bonita – Rue Casgrain

Il faut presque être dans le secret des dieux pour découvrir le restaurant Maria Bonita. Situé sur le Plateau, sur un coin de rue plutôt résidentiel, il ne saute pas aux yeux. C’est un petit resto qui peut accueillir de 25 à 30 personnes.

L’ambiance est relax et chaleureuse. On est loin des placse à party comme les 3 amigos et Carlos & Pepes. On y sert une cuisine plus raffinée, sans être du haut de gamme. D’ailleurs, les prix sont assez raisonnables. Comptez environ 30$ par personne et vous sortirez repu et comblé.

En entrée, nous avons essayé la soupe Aztèque. Ce qu’on voit sur la photo, c’est des fils de fromage, et outre les avocats, on retrouvait aussi des lanières de tortilla. C’était très bon.

En plat principal, le concept est de commander des petites casseroles (cazuelitas) et de les partager.  Lors de notre visite, nous en avons choisi trois : le piment farci (avec les graines de grenades sur la photo), le poisson a la veracruzana et le poulet pipian. C’était succulent et vraiment suffisant pour deux personnes. Cela vient avec un panier de tortillas.

Parce que je ne peux résister au dessert, j’ai essayé la crêpe au dulce de leche fait avec du lait de brebis. Cela donne un caramel qui n’est pas sucré comme j’adore.

Bref, un petit resto simple, qui nous amène au Mexique pour pas trop cher.

Et la prochaine fois que je visite, je prends sans faute le mole de pollo, dont on m’a dit dit un très grand bien.

Maria Bonita : 5269, ave. Casgrain, 514-807-4377

Critiques: Mirror , Hour,  La déroutée ,

Maria Bonita on Urbanspoon

La Salle à manger – Rue Mont-Royal

La Salle à manger a connu un gros buzz lorsqu’elle a ouvert en 2009. J’ai failli l’essayer plusieurs fois, mais ce ne fut que des rendez-vous manqués. Puis, lorsqu’une occasion s’est présentée récemment, je me demandais si ce n’était pas trop tard. J’entendais moins parler de ce resto, n’était-ce qu’une étoile filante?

En arrivant au restaurant, il est rempli à craquer et les tables vides se renouvellent aussitôt. Bon signe. Le décor de bistro est plutôt simple et sympathique.  Le menu est divisé en froid, chaud, végé, viande et poisson.

Je teste le ceviche de bar. Je suis souvent critique sur les ceviche, car je compare toujours à la version originale péruvienne. Cette fois, j’ai été agréablement surprise, cette assiette était un délice. Non seulement le poisson était savoureux, mais la salade teintée d’une touche asiatique l’accompagnait parfaitement. Si je retourne à ce restaurant, je le prendrai assuremment.

Le tartare de saumon était réussi, accompagné de chips de patates douces et de verdures.

La salade de fenouil au fromage bleu était rafraichissante, mais un peu lourde en raison de la quantité de sauce au bleu.

Le foie gras poêlé sur pain brioché. C’était bien, mais nous avons préféré le foie gras au torchon présenté sur la seconde photo. C’est sans doute une question d’habitude. Poêlé, le foie semble plus gras.

Une belle assiette était ce plat de viandes et poissons crus servis de différentes façon.

Plus décevente était l’assiette de tartes aux oignons caramérisés et fromage de chèvre où la pâte feuillettée constituait 80 % des ingrédients et qui ne goûtait pas grand chose.

Bien que tout n’était pas parfait, j’ai bien apprécié ma soirée à la Salle à manger. La majorité des plats étaient bons et les présentations très soignées. L’ambiance était bonne et le service sympathique.

Choisi comme un des meilleurs restaurants au Canada en 2009 par le magazine Envol d’Air Canada.

La Salle à manger:  1302 Mont-Royal Est, 514-522-0777

Critiques: Voir, La GazetteLa Presse,  Mirror, Thierry Daraize, Presque végé, Foodie Date Night

La Salle À Manger on Urbanspoon

Les 400 coups – Rue Notre-Dame

Le duo de chefs Marc-André Jetté et Patrice Demers sont aux commandes du restaurant Les 400 coups depuis plus d’un an. Ils se sont promenés dans plusieurs restaurants, toujours avec de bonnes critiques mais je n’avais jamais eu la chance de goûter leur talent.

C’est maintenant chose faite après ma visite au 400 coups dans le Vieux-Montréal. Le local qu’ils ont choisi est superbe et très bien décoré. Une chance que nous avions une réservation car à 19h, le jeudi de notre visite, toutes les tables sont prises.

En entrant, j’apperçois Patrice Demers qui travaille au fond dans la cuisine. C’est bon signe, c’est lui-même qui prépare mon dessert. Après l’avoir vu, maintes fois cuisiner à la télévision (avec Josée Di Stasio) et m’avoir fait saliver, je vais enfin pouvoir goûter Le pot de crème.

En entrée, une simple salade de concombres marinés, fines herbes et fromage de chèvre nous épate par sa fraicheur.

Comme nous sommes trois gourmandes ce soir-là, nous décidons de prendre trois assiettes différentes et de partager, question de goûter l’étendu du talent de M. Jetté.  D’abord, le ris de veau. Ce n’est pas tout le monde qui aime cette partie du veau. Mais je peux dire que lorsqu’il est cuisiné de main de maître c’est un vrai délice. À côté, la purée de carrottes était une explosion de saveurs.

Ensuite, nous avons testé un plat du jour des gnochettis (ne pas confondre avec les gnocchis – pâtes aux patates) aux épinards servis avec une sorte crevette renouvelable, dont j’ai malheureusement oublié le nom. Le tout dans un beurre d’oursin. Moi qui est folle de cette petite bête!

Puis, un  doré avec une sauce aux palourdes. Parfaitement exécuté et qui donne le goût de manger du poisson même à ceux qui n’aime pas ça.

Vous l’avez peut-être remarqué, nous avons été chiches sur les entrées. Il y en avait pourtant de très appétissantes au menu. Mais une des raisons qui nous attiraient aux 400 coups, ce sont les desserts de Patrice Demers. Il fallait bien s’assurer d’avoir une petite place.

Il fallait absolument goûter le pot de crème, puis mes amies, plutôt chocos, ont optées pour les petites mousses au chocolat que l’ont voit à droite du pot, accompagné d’un sorbet à la poire.  De mon côté, j’ai choisi le granité de litchi, que je n’ai pas en photo.

J’avais entendu énormément de bien sur le granité et je n’ai pas été décue. C’est plein de saveurs subtiles et de textures qui rendent l’expérience bien agréable. Il faut le manger avant les autres desserts car c’est le plus délicat.

Pour le pot de crème, il mérite sa réputation. C’est le bon dosage de salé-sucré et d’onctuosité. Les petites mousses étaient moins exceptionnelles, mais c’était déjà beaucoup mieux que ce que les autres restaurants servent pour ce prix.

Dans l’ensemble, j’ai beaucoup apprécié ma visite au 400 coups. Le seul bémol, l’ambiance du restaurant. C’est difficile à comprendre, le restaurant était bondé, mais il ne semblait pas y avoir d’animation du tout (pas que j’aime les « super club »).  Cela s’explique peut-être par la moyenne d’âge des  clients qui tirent vers le gris. Disons seulement que ce n’est pas la place que j’irais pour une première date, à moins d’être vraiment certain de votre coup.

Amenez-y plutôt vos bons amis, ils saurant égayer votre soirée et le talent des deux chefs fera le reste.

Les 400 coups : 400 Notre-Dame Est, Vieux-Montréal , 514-985-0400

Meilleur nouveau restaurant 2011 par le magazine En Route d’Air Canada.

Critiques:Voir, La Presse,  Thierry Daraize, La Gazette, Prétexte,   Will travel for food, Foodies date night

Le Plaza – Rue St-Hubert

Sur la Plaza St-Hubert, en face du magasin de photographie LL Lozeau et à côté du bar le Petit Medley se trouve un beau restaurant qui a un look beaucoup plus rue St-Laurent que Plaza St-Hubert. Ce restaurant, qui appartient au même propriétaire que le Bistro chez Roger, vient rehausser l’offre de restaurants de ce quartier.

L’intérieur est vraiment sympathique, on se croirait dans une brasserie européenne. L’été, les grandes fenêtres sont ouvertes sur la rue, ce qui donne l’impression de manger dehors.

Au menu, des trucs de bistrot, entre autres, les calmars frits et le tartare de boeuf, les grands classiques du moment. Ça tombait bien, car c’est ce dont nous avions envie. L’exécution était plutôt réussie.

En plat principal, nous avons partagé le surf’n turf, un arret d’agneau braisé, servie avec 4 grosse pétoncle pétoncles sur un lit de fregola et courges. C’était très bon et d’une bonne grosseur(54$).

Le seul bémol à cette soirée, c’est le manque d’ambiance qu’il y avait dans le restaurant. Il est immense et il n’y avait presque personne. Un samedi soir. Je ne sais pas si c’est toujours comme cela, mais ça manquait vraiment d’animation.

Le Plaza, 6230 rue St-Hubert, 514-270-7155

Critiques: The Gazette, Hour, Thierry Daraize, Mirror, La Presse, Voir  ,
Le Plaza on Urbanspoon

L’Atelier – Rue St-Laurent

L’Atelier, petit restaurant « apportez votre vin », sur St-Laurent dans le Mile-End, est vraiment charmant. Murs en billots de bois tranchés, grandes tables de bois, tout y est très chaleureux. Le samedi soir que je l’ai visité, l’ambiance était bonne et le service sympathique.

Tout du menu, écrit au mur sur une ardoise, était appétissant. Comme nous étions un petit groupe, j’ai pu goûter à plusieurs des mets. Pour l’entrée, j’ai choisi le tataki de saumon avec espuma à la pomme verte. Ce n’est pas au menu habituellement, mais c’était un délice raffraichissant.

L’assiette de trilogie de canard était généreuse.

L’assiette de deux saumons, gravlax et tartare était belle et bonne. Sans être une révolution dans le genre.

La poutine réinventée, qui a été choisi part plusieurs personnes à notre table, a plutôt déçue. Des gros morceaux de patates montés façon « inukshuk », couverts de lapin, avec un gros morceau de chedar vieilli.  Chaque composante étant démesurémment grande pour un concept poutine, il n’était pas évident de reconstituer le goût de la poutine. D’ailleurs, le chedar vielli tuait littéralement le goût plus délicat du lapin.

En plat principal, quelle bonne idée de servir le tartare de bison avec de la salade et des calmars au lieu des frites. Par contre, nous avons trouvé qu’il y avait un peu trop de gros morceaux de cornichons dans le tartare, lui donnant un goût trop vinaigré.

J’ai commandé le gigot d’agneau sur orgitto (orge façon risotto). La cuisson était bonne, mais j’ai trouvé qu’il manquait un peu d’épice ou de sauce, pour donner un petit quelque chose qui fait que c’est meilleur au restaurant qu’à la maison. Les légumes manquaient aussi de ce petit « oumph ». C’était les mêmes servis avec tous les plats de viande. Des légumes cuits à la vapeur qui donne un air « approuvé par votre diététicienne » au repas.

Ici, le short ribs, qui était accompagné d’une bonne sauce et des légumes santé.

L’Atelier est un restaurant sympathique apportez votre vin. Mais il en faudrait un peu plus pour que ce soit une table gastronomique, même si certaines entrées étaient vraiment réussies.  Pour environ 100$ à deux, avant pourboire et sans vin, je crois que c’est un peu cher pour ce que c’est.

Restaurant l’Atelier, 5308 St-Laurent, 514-273-7442

Critique

L'Atelier on Urbanspoon