Archives de Tag: Rosemont

La Bêtise – Rue St-Hubert

J’aurais tellement voulu aimer ce restaurant. Le local, le concept, l’équipe, tout semblait sympathique chez La bêtise. Cependant, j’ai trouvé que la qualité n’était pas au menu.

J’ai acheté un coupon pour un repas pour deux pour 40 $(valeur 80$). Cela incluait, une soupe ou une salade, ainsi que cinq tapas à partager et un dessert. Avec taxes et pourboire, cela nous est revenu à 65$. Je n’aurais pas voulu payer plus.

Pour le premier tapas, j’ai commandé la salade de pieuvre grillée. C’était plutôt une salade d’algues, avec quelques petits morceaux de pieuvres, sur un lit de salade verte. Ce n’était pas ce à quoi je m’attendais, mais je restais optimiste.

Puis, nous avons commandé les bouchées de crabe. Encore une fois, ce n’était pas ce que j’avais imaginé. Ce n’était pas du crabe mais bien du goberge. Quand on met crabe dans le menu, d’habitude on sert du crabe. Surtout dans ce genre de restaurant qui veut avoir l’air gastronomique. En fait, ce n’était pas mauvais, mais je trouvais que c’était plus le genre de bouchées maison qu’on fait dans un « pot luck ».

Comme troisième, entrée nous avions les bombes de litchis enrobées de saumon fumé. Je n’ai pas trouvé cela très appétissant, surtout que le saumon fumé était cuit et plutôt sec.

J’ai ensuite goûté au macaroni au fromage et chorizo. Il s’agissait de macaroni sans sauce ni rien, gratiné de fromage. Pour être bon, un macaroni au fromage doit être crémeux, pas seulement gratiné.

Le dernier tapas était un grilled-cheese au saumon fumé et pomme verte, sur pain au raisin et pain blanc. Encore une fois,  il y avait trop de fromage. C’était vraiment lourd. Je trouve aussi dommage que dans deux plats, le saumon fumé, qui est un ingrédient deluxe, soit servit cuit, et pas du tout à son avantage.

Le dessert était une surprise. Bon, pas tant que ça puisque j’avais fait des recherches sur le web avant d’y aller. C’était une barre Kinder Bueno frite, avec de la crème glacée. La barre fondue ça goûtait bon, mais la friture n’était pas super croustillante. Et c’était pas mal lourd, pour finir un repas pas du tout léger.

Bref, c’était un repas qui a été dur à digérer. J’ai été déçue car j’aurais bien voulu aimer ce petit restaurant.

La Bêtise: 6015 rue St-Hubert,(514)274-8288

Critiques: chronique d’une rousse (c’est la seule critique que j’ai trouvé et c’est celle qui vend la « surprise » du dessert)

 

La Betise on Urbanspoon

Le Plaza – Rue St-Hubert

Sur la Plaza St-Hubert, en face du magasin de photographie LL Lozeau et à côté du bar le Petit Medley se trouve un beau restaurant qui a un look beaucoup plus rue St-Laurent que Plaza St-Hubert. Ce restaurant, qui appartient au même propriétaire que le Bistro chez Roger, vient rehausser l’offre de restaurants de ce quartier.

L’intérieur est vraiment sympathique, on se croirait dans une brasserie européenne. L’été, les grandes fenêtres sont ouvertes sur la rue, ce qui donne l’impression de manger dehors.

Au menu, des trucs de bistrot, entre autres, les calmars frits et le tartare de boeuf, les grands classiques du moment. Ça tombait bien, car c’est ce dont nous avions envie. L’exécution était plutôt réussie.

En plat principal, nous avons partagé le surf’n turf, un arret d’agneau braisé, servie avec 4 grosse pétoncle pétoncles sur un lit de fregola et courges. C’était très bon et d’une bonne grosseur(54$).

Le seul bémol à cette soirée, c’est le manque d’ambiance qu’il y avait dans le restaurant. Il est immense et il n’y avait presque personne. Un samedi soir. Je ne sais pas si c’est toujours comme cela, mais ça manquait vraiment d’animation.

Le Plaza, 6230 rue St-Hubert, 514-270-7155

Critiques: The Gazette, Hour, Thierry Daraize, Mirror, La Presse, Voir  ,
Le Plaza on Urbanspoon

Pho Nam Do – Rue St-Denis

En matière de restaurant vietnamien, j’ai mes habitudes au Pho Tay Ho et au Y Lan (apportez votre vin) juste en face. Alors, il est plutôt rare que je m’aventure dans d’autres petits restaurants. Pourtant dans Rosemont, il ne manque pas de variété dans ce domaine.

Alors un soir où nous nous trouvions près du marché Jean Talon, nous avons décidé d’essayer le Pho Nam Do situé au coin des rue St-Denis et Jean-Talon.  Vous le reconnaitrez, c’est celui qui a une grosse verrière devant. À l’intérieur,  le décor hétéroclite nous fait sentir à moitié au restaurant, à moitié chez des gens.

J’aime goûter à des nouveaux mets, mais c’est rare que je commande des choses extravagantes dans des restaurants vietnamiens car lorsque je m’y rends, c’est souvent à cause d’une envie de « confort food ». Mon beau-frère, qui a voyagé au vietnam, m’a donc fait goûter à une entrée de saucisses que je n’aurais probablement jamais commandée (photo ci-dessous).

Ce n’est pas un effet visuel de la photo, les saucisses n’avaient vraiment l’air pas cuites, même si elles l’étaient. Ce n’était pas mauvais, mais je ne suis pas sûre que cela m’a convaincu. En tout cas, pour de l’exotisme, c’est réussi.

Pour le reste, nous nous sommes lancés dans les classiques. La fameuse soupe Pho, le poulet grillé et le sauté de légumes servi sur nouilles frites. Pour tous ces mets, le Pho Nam Do égalise les autres restaurants vietnamiens que je connais. C’est à croire qu’ils ont presque tous les mêmes recettes.

Ce qui a rendu notre visite plus divertissante, c’est un employé (qui devait trouver le temps long) et qui a entrepris de nous montrer à faire des étoiles avec des pailles. La soirée s’est transformée en atelier d’origami de pailles, mais sans grand succès de notre côté.  Il semble que ce soit super populaire au vietnam.

Ici, une video d’une jeune fille qui montre à faire ces étoiles.

Pho Nam Do: 7166, rue St-Denis, 278-8756

Pho Nam Do on Urbanspoon

El Jibaro – Rue St-Hubert (la suite)

Je vous ai déjà parlé du El Jibaro (ici) un restaurant qui sert un très très bon ceviche péruvien. J’y vais donc régulièrement quand me vient le goût du ceviche. Cependant, cette fois-ci, nous étions affamés en arrivant et nous avons commandé une jaléa en entrée. C’était, en fait, un plat pour une personne que l’on a décidé de partager à trois. La jaléa vient aussi en format pour deux ou quatre personnes.  Et qu’est-ce que c’est cette jaléa?

C’est une montagne de poissons et de fruits de mer frit servi avec oignons marinés (comme le ceviche) et de la sauce épicée. Avec la friture, c’est vraiment cochon, mais aussi raffraichissant grâce aux oignons. C’est vraiment un plat intéressant à essayer.

El Jibaro est maintenant un apportez votre vin, raison de plus pour aller l’essayer!

7245 St-Hubert, Montréal, QC

(514) 272-3096

 
El Jibaro Cuisine Péruvienne on Urbanspoon

Banh Xeo Minh – Rue Bélanger

Minuscule restaurant situé sur la rue Bélanger, près de Christophe-Colomb. J’y suis allée suite à un article paru dans le journal Hour (voir le lien en bas). Sans cela, je ne l’aurais pas vraiment remarqué. C’est un petit boui-boui, comme il y en a plusieurs à Montréal, et quand je veux manger du vietnamien, je m’en tiens souvent à mes classiques. Sauf que cette fois-ci, j’avais envie d’essayer autre chose que la traditionnelle soupe Pho ou les grillades.

L’article montrait que Banh Xeo Minh avait d’autres spécialités. À mes yeux de non initiée à l’ampleur de la gastronomie vietnamienne, tout était nouveau sur le menu. Nous avons essayé des petites entrées de pâtes gluantes farcies aux fruits de mer (mais lesquels?).

Puis comme repas nous avons pris la crêpe. Elle est farcie de fèves germés, de poulet et de crevettes et accompagnée de fines herbes et de salade. Les crevettes conservent leur carapace. C’est moins pire que ce que je pensais, mais la sensation reste étrange. Si c’était juste pour moi, je les aurais enlevés. On m’a dit que c’était pour garder un goût de mer encore plus puissant, mais ce n’est pas de source sûre.

En gros, c’est un repas assez dépaysant et pas seulement pour la nourriture. Le restaurant nous donne l’impression d’être à 100 lieues de Montréal. Il est minuscule; une quinzaine de places, toutes occupées par des vietnamiens (je présume), sans compter les nombreux clients venant chercher des commandes pour emporter. En trame de fond sur la télévision, un gala musical vietnamien.

Même si ce n’est pas le genre de mets qui va devenir un classique pour moi, j’ai bien aimé l’impression de faire un petit voyage. Et ce, à prix doux, 18$ pour une crêpe, un sandwich, une entrée, le thé et même les taxes et le pourboire. Pas mal moins cher que le billet pour Ho Chi Minh Ville.

1308, rue Bélanger, Rosemont , 514-272-4636

Critiques: Hour

Restaurant Madre sur Masson

Le restaurant Madre est un établissement de cuisine Nuevo Latino. C’est une façon de dire que c’est de la cuisine d’inspiration latino-américaine (péruvienne dans ce cas-ci), mais en plus recherchée (lire « fancy »). Le chef Mario Navarrete Jr. est aussi propriétaire du restaurant Raza, sur Laurier, qui est en quelque sorte le grand frère du Madre. Je suis une fan inconditionnelles des ceviches péruviens et autres papas à la huancainos. (Bonne adresse dans Rosemont/Petite Patrie : El Jibaro 7183, rue St-Hubert, excellent ceviche traditionnel pas cher (environ 13$)). Il allait donc de soi que j’essaie cette version plus luxueuse d’une cuisine que j’adore.

 Verdict : Excellent! Si ma bourse me le permettait j’y serais tous les soirs. Cependant, la facture pour entrée-repas-dessert  pour deux +1 verre de vin et 1 verre de bière était de 150$. Cependant, pour une soirée spéciale, la qualité de la cuisine vaut amplement cette dépense. D’ailleurs, tout est frais. Une grande vitre dans le fond du restaurant montre directement la cuisine et on peut voir les chefs travailler. Impressionnant. Pas de doute sur la fraîcheur et la qualité des produits.

 Donc, au menu ce soir-là. (Le menu change selon les saisons, un aperçu est disponible sur leur site internet). En entrée, le fameux ceviche de poisson. J’avais peur de ne pas aimer une version différente de l’original. Comme les pâles imitations servies dans plusieurs resto montréalais. Mais non! J’en redemande. Une portion généreuse à souhait, et servie dans une sauce crémeuse… miumm! Autre entrée goûtée : des croquettes de poissons, encore une fois généreuse et extrêmement fraîche, rien avoir avec les croquettes décongelées servies à plusieurs endroits. En mets principal, pétoncles géants, émulsion de basilique, sur lit de quinoa. Cuites à la perfection, excellent quoiqu’un peu dispendieux (40$). L’autre repas, le saumon était bon, quoiqu’un peu plus fade et exceptionnel comparativement au reste. En dessert, tarte au pomme et yogourt glacé à la coriande ainsi qu’un gâteau trempé au lait et sorbet d’ananas. Ne vous en privez pas!

 Le resto se situe sur la rue Masson en plein cœur de Rosemont, où le quartier se réveille tranquillement et où de nouveaux restos de qualité ont élu domicile. Il est situé dans un local tout petit qui m’a d’abord surpris et presque inquiété à mon arrivée. Mais une fois rempli, on s’y sent bien à l’aise. À mon avis, le resto est plus propice aux soirées pour deux ou quatre et est moins approprié pour les groupes.