Archives de Tag: Centre-ville

Kitchenette – Boulevard René-Lévesque

Lors que je suis allée voir le spectacle de Sugar Sammy, à l’Olympia, j’ai cherché un restaurant à essayer dans ce coin de la ville où je vais peu. Mon choix s’est arrêter sur la Kitchenette, un resto que j’avais le goût d’essayer depuis que j’avais vu le chef faire des crab cakes à l’émission A la distasio.

Le restaurant est situé en face de Radio-Canada et il est sûrement très occupé sur l’heure du lunch. Quand je l’ai visité, un vendredi soir, j’étais la première cliente, mais ça s’est vite rempli.

Le chef Nick Hodge y cuisine des mets inspirés par le sud des États-Unis.

En entrée, nous avons pris ce délicieux taco japonais au boeuf effiloché terryaki. C’était un des meilleurs tacos que j’ai mangé, mais à 12 $ pour un seul, c’est un peu cher.

Puis le tartare d’albacores sur nachos nous a plu.  Ça se déguste bien, c’est frais et croustillant en bouche. En plus, il y en avait d’autres, que j’ai mangé avant de prendre la photo.

Nous ne pouvions pas non plus passer à côté des fameux crab cakes. C’est vrai qu’ils sont bons. Probablement les meilleurs que j’ai mangé à date (humm, j’ai déjà dit ça quelque part). Des gros morceaux de crabes et de la panure bien croustillante. À dix dollars, c’est un bon investissent.

Pour le repas, nous avons prix le cioppino de poisson et fruits de mer. C’est une grosse soupe avec des fruits de mer, patates et cie. Cela se partage bien et c’est plutôt santé. Il manquait par contre un petit kick pour rendre cela mémorable.

À la fin du repas, nous étions à la limite d’être bourrés, mais nous avons de nous gâter avec un petit dessert à partager. Nous avons commandé le poudding au pain avec caramel au Jack Daniel et pacanes rôties. La photo ne montre pas les proportions mais ce dessert est gigantesque (un poing d’homme). Et en le mangeant, j’ai clairement compris que je suis plus du type caramel que du type chocolat. J’avais beau être bourrée, c’était impossible d’arrêter.

Dans l’ensemble, c’est un restaurant qui sert des spécialités du Sud des États-Unis qu’on pourrait trouver pour moins chères ailleurs, mais qui ne seraient jamais aussi bonnes qu’à la Kitchenette.

Kitchenette: 1353 René-Lévesque Est, 514-527-1016

Critiques:Hour, Voir , Food Guy Montreal

Kitchenette on Urbanspoon

La Maison du Nord – Rue St-Mathieu

Si je n’avais déjà goûté la cuisine de la Maison du Nord, je n’aurais probablement pas osé amener mon amoureux dans ce petit restaurant de rue St-Mathieu.  Le local est pas mal tout croche et pas très chaleureux. Un gros écran géant diffuse un vieux film d’action américain avec sous-titre chinois. L’ambiance n’est pas à la romance.

Malgré tout, nous fonçons. Je sais que la soupe au boeuf braisé lui plaira, et je meure d’envie de goûter le sandwich au porc. 

Lorsque vous commandez une soupe, il faut absolument prendre l’extra pour les nouilles faites à la main   (1$). J’ai essayé les deux, et la différence vaut beaucoup plus que cela.

Ce n’est probablement pas une soupe très santée, c’est plutôt gras et le bouillon est pas mal salé. Par contre, cette soupe fait voyager. Elle ne goûte comme aucune autre que j’ai essayé. Elle m’amène dans le Nord de la Chine dans un petit resto tout croche que je n’aurai probablement pas la chance de visiter.

J’avais entendu parler du sandwich, mais je ne l’avais jamais essayé. On disait de lui qu’il était délicieux et très gras. C’est vrai, mais quand même pas aussi gras qu’un smoked meat de chez Schwartz. Et puis, c’est le pain qui m’a marqué, dur à l’extérieur et mouillé à l’intérieur par la garniture de porc.

C’est un restaurant que je recommande à ceux qui aiment voyager avec leurs papilles gustatives.

J’oubliais les prix sont doux. La facture était de moins de 20$ pour deux avec un petit reste pour le lendemain.

La Maison du Nord: 2130, rue St-Mathieu. 514-670-3188

Critiques : La PresseComme les chinois,
Maison du Nord on Urbanspoon

Plaisirs coupables – Rue Peel

Plaisirs coupables est le restaurant du chef et animateur Jean-François Plante (Saisons de Clodine). Il s’agit de son deuxième restaurant après l’Arômate, dont Plaisirs coupables occupe les anciens locaux.

Le concept est axé sur le « confort food » et comme le dit leur site web, c’est un « snack bar urbain ».  Cela se transpose en un lieu un peu cheap (petites table de bois, naperons de papier et bouteille de ketchup sur la table), avec un menu plutôt cher, mais quand même plus raffiné que le snack-bar du coin.

J’ai visité sur l’heure du midi et pour le lunch, j’aime plutôt manger léger. Comment ne pas s’endormir assis à votre bureau après avoir manger un repas lourd et gras? J’ai donc choisi ce qui semblait le plus léger, un filet de morue, sur légumes grillés avec tranches de bacon.

L’assiette était très belle avec toutes ces couleurs, et c’était bien bon, mais sans grand raffinement (pas de sauce ou épices spéciales), mais la cuisson était parfaite. C’était dans le menu du jour, donc pas toujours sur la carte.

Mon amie n’a pas été aussi sage et s’est offert la poutine d’effiloché de canard et foie gras. C’était plutôt cochon, mais la portion était tout de même raisonnable. C’est un peu moins photogénique par contre.

Comptez environ 20$ par plat. Les spéciaux du jour incluent une petite salade ou une soupe. Pour le prix, je choisirais un lunch au Newtown ou à la Taverne du Square Dominion.

Il y a aussi une carte de desserts qui semblaient décadents. C’est probablement le genre de truc à se permettre le soir avant une sortie au cinéma ou au centre Bell. Le midi, un immense dessert de chocolat ou de caramel à 8$, ça semble un peu exagéré.

AJOUT: Il semblerait que le restaurant soit fermé pour faillite. Plus de détails ici.

Plaisirs coupables, 1410 rue Peel, 514-507-5689

Critiques: Hour, Mirror, Table pour deux, dimanche matin

 

Les Plaisirs Coupables on Urbanspoon

Hakata Ramen – Rue Stanley

Comme j’étais contente quand Hakata Ramen a ouvert sur la rue Stanley entre Ste-Catherine et René-Lévesque. Plus besoin de marcher jusqu’à l’ouest de Guy pour trouver une soupe ramen savoureuse.

C’est devenu une habitude pour moi. Leur soupe, sans être la meilleure que j’ai goûtée à Montréal (Kazu), n’est pas décevante. Je ne l’ai pas en photo ici, car je la prends toujours pour apportez.

Quand j’ai eu la chance de manger sur place, j’en ai profité pour essayer des trucs qui s’apportent mal. Par exemple, l’anguille grillée dans un bol de pierre chaud ou le riz Hakata aussi dans le bol de pierre chaud. Ça n’a pas le même effet quand on le mange dans un plat de styrofoam.

Les assiettes sont très belle mais j’ai trouvé que ça manquait un peu d’épices. Je m’attendais à ce que ce soit  comme un bimibap coréen, mais c’était un peu plus fade.

Outre les soupes, il y a aussi un sauté de fruits de mer à la japonaise que je recommande. C’est le numéro 28. Il est légèrement piquant et cela fait un bon lunch.

Le Hakata ramen est situé dans l’ancien restaurant de sushis Dozo Izakaya.

Hakata ramen (menu sur urbanspoon), 1216 Stanley (au deuxième étage)

514-795-6688

Hakata Ramen on Urbanspoon

Restaurant La Maison Kam Fung – Rue St-Urbain

Depuis le temps que j’entends parler de la maison Kam fung, je suis finalement allée l’essayer. En fait, pas complètement. J’y suis allée, un soir de semaine avant un spectacle. Je pensais choisir des trucs exotiques sur leur menu qui doit avoir 15 pages. Affamée et indécise, je me suis plutôt rabattue sur un menu pour deux qui contenait des classiques qu’on aime bien au Québec.

Je me promets d’y retourner pour essayer ce que mes voisins de tables commandaient et prendre un peu plus mon temps.

Cela ne veut pas dire que je suis déçue de ce que nous avons commandé. C’était très bon. Mais les portions étaient énormes. J’aurais pu ramener des lunchs pour la semaine si je n’avais pas eu le spectacle. Sur la photo, ce n’est qu’un apperçu de notre repas.

Pour 40$, le menu pour deux offre: 2 soupes wontons, 4 rouleaux impériaux, du poulet aux arachide, un nid de nouilles avec légumes, du boeuf à l’orange, des crevettes à la sauce séchuanaise, du riz vapeur et deux biscuits chinois.

Si allez à ce restaurant, préparez-vous à le chercher un peu. Il faut que vous rentriez dans l’édifice qui est un mini centre d’achat asiatique. Le restaurant est au deuxième étage. C’est une grande salle avec des tables rondes. Idéalement, allez-y en groupe. Cela ne reviendra pas cher par personne et vous pourrez goûter à plein de plats.

Maison Kam Fung,  1111, rue St-Urbain, 514-878-2888

Critiques: La Presse (pour celui de Brossard), Backstage Traveler, la bouche pleine, Food Guy Montreal

Le Newtown – Rue Crescent

Comme les chats, le Newtown a eu plusieurs vies. Des bonnes et des moins  bonnes.  En allant y luncher ce midi, j’ai constaté que s’en était une très bonne présentement. Cela s’explique par la présence de Martin Juneau (qui a gagné le Championat Culinaire canadien en 2011) aux commandes de la cuisine.

Le menu du midi est une belle option pour essayer ce restaurant sans que ça coûte une fortune.  Pour une entrée et un repas, on paye 20$. C’est raisonnable quand on sait que beaucoup de restaurants bien ordinaires chargent 15$ pour les repas du midi.

Un peu étrange, par contre, que de manger au premier étage. Ceux qui ont fréquenté cet endroit dans le passé me comprendront,  il m’inspire plus un 5 à 7 qu’un repas. J’aurais préféré manger au 2e.

C’est vite oublié quand nous recevons nos assiettes. Voyez vous-même sur les photos, c’est une superbe présentation. Nous sommes dans un grand restaurant.

En entrée donc j’ai choisi les croquette de saumon et salade de jeunes pousses et oignons marinés. Alors que ma compagne a commandé un effiloché de porc avec rémoulade de céleri rave.

Au repas, le filet de saumon était servie sur des légumes racines en ruban et entouré de purée de courge. Pour un effet assez automnal. De mon côté, l’assiette de risotto était immense avec, au milieu, des crevettes géantes  panées. Le risotto était au maïs et aux calmars avec un petit goût citronné qui le rendait moins lourd qu’un risotto traditionnel.

C’était quand même trop pour un dîner, alors j’ai demandé à ramener le restant. C’est moi qui avait le meilleur lunch au bureau le jour suivant!!

Adresse: 1476 rue Crescent, 514-284-6555

Newtown on Urbanspoon

Birks Café – Carré Philips -Ste-Catherine

Je suis allée au Birks Café, la journée du mariage royal de William et Kate. Je peux vous dire que j’ai moi aussi connu la vie de princesse. Le service est attentionné et courtoit, le décor respire le luxe et la nourriture, humm, la nourriture…

On nous a servi cet amuse-gueule. Derrière cet air simple se cache des arômes incroyables de fruits de mer. Mium…

Je  ne l’ai pas en photo, mais on a servi du pain avec du beurre enrobés d’algues et de l’huile d’olive au citron confit. Des petites attentions qui font la différence entre le 4 et le 5 étoiles.

Pour l’entrée, j’ai choisi  la « Rose des prés aux légumes grillés, mesclun de pousses diaboliques ». La photo ne le rend pas parfaitement, mais les légumes formaient vraiment une rose parfaite.

Alors que mon compagnon a choisi le « Gravlax de boeuf de la ferme Eumatimi accompagné de lentilles aux algues et gingembre confit, sauce tamari au miel ». Assez généreux comme assiette.

Comme plat principal, j’ai choisi le filets d’agneau et son chutney aux pêches. C’était délicieux.

Mon invité a mangé les pétoncles servies avec palourdes et c’était vraiment le numéro un du repas. La cuisson était parfaite, l’émulsion délicieuse et délicate. Vraiment, le 7e ciel.

Les repas du midi sont entre 21 et 28$ incluant l’entrée. On ne peut se payer ça tout le temps, mais pour une occasion spéciale, c’est une belle gâterie.

Moi, j’ai eu la chance d’être invitée grâce à un concours du Groupe Europea. Et je peux dire qu’ils m’ont donné la piqûre.

Birks Café : 1240 Square Philips, Montréal, 514-397-2468

Critiques: La PresseVoir, Thierry Daraize

Birks Café Montréal on Urbanspoon