Archives de Tag: Fruits de mer

Le Filet – Av. du Mont-Royal

Les propriétaire du Club Chasse et Pêche ont ouvert un nouveau restaurant sur le Plateau, un genre de petit frère un peu plus accessible pour nos portefeuilles. La place est déjà chouchou de bien des foodies et était pleine à craquer le soir de notre visiste.

Un serveurs sympathique nous explique que le menu consiste essentiellement en de petits plats à partager. Il suggère 6 plats pour les trois filles que nous sommes. Ce qui nous parait peu, mais sera finalement suffisant.

Nous commenssons avec le cardeau cru (un poisson qu’aucune de nous ne connaissait) avec prune japonaise, concombre et chips de patate douce. C’est léger, frais et la sauce est goûteuse. Ça part bien.

On poursuit avec le Tataki de Wagyu américain, gingembre et sésame.  Le Wagyu, je l’ai appris à L’Épicerie (ici), est la sorte du boeuf de Kobe. Alors qu’on paierait environ 100$ pour cette portion de boeuf de Kobe, le Wagyu élevé en amérique nous revient à 17$. C’est excellent, très tendre. De plus, l’assiette comprend une petite rémoulade de champignons et un mini tartare.

Sans doute une des meilleures salade que j’ai mangé.  C’était vraiment surprenant, toutes ces couleurs. En dessous, on retouve une purée d’avocat, qui est recouverte de pétoncles crus tranchés mince et de morceaux d’oranges. Puis, les chips de betteraves en julienne couvre le tout, alors que le fond de l’assiette est rouge bourgogne grâce à un sirop de betterave.  

À ce point dans le repas, nous avons été obligé de dire au serveur de ralentir le tempo. Les plats arrivent avant même qu’on finisse les autres et à ce  rythme, nous seront sorties du resto en moins de 45 minutes. 

Nous poursuivont avec  le travers de porc, pétoncle saisi et polenta crémeuse. Une image valant mille mots, ai-je besoin de vous dire que c’était délicieux?Ensuite, nous avons pris les cavatellis à la joue de veau et aux copeaux de foie gras. Ici, la photo ne rendait pas justice à la saveur de ce plat, j’ai préféré ne laisser que les mots pour vous faire saliver.

En final, un petit dessert qui semble bien sage, mais dont le petit gateau regorgeait de caramel chaud. Une belle finale pour un repas réussi.

Comme vous l’avez constater, j’ai bien apprécié tout ce que j’ai mangé au filet. Le tout coûte environ 70 $ par personne taxes et pourboire inclus (et même une bouteille de vin partagée à trois).

Le service était courtois, et après notre commentaire sur le tempo du service, ils ont rectifié le tir.

Le filet , 219 ave. du Mont-Royal Ouest, 514-360-6060

Critiques: Voir, Hour, Montreal for Insiders, Mayssam, Toc toc toc, bouffe et vie

Le Filet on Urbanspoon

Publicités

Oyster Shack – Rue Bishop

IMG_5114Sur la rue bishop, entre Ste-Catherine et René-Levesque, se trouve le Oyster Shack. Il s’agit d’un bar où le menu rappelle les petits restaurants que l’on trouve au bord de la mer dans les maritimes ou la côte est des États-Unis. Comme dans ces restaurants, la cuisine du Oyster Shack ne fait pas dans la dentelle. Je dirais que le restaurant est en quelque sorte un pub où l’on a remplacé les hamburgers et autres ailes de poulet par les fruits de mer, souvent présenté dans leur humble friture. Côté décoration, les boiseries, et les murs aux couleurs de l’Irlande font place à des couleurs pâles qui rappellent plus les maisons de la Nouvelle-Angleterre.

IMG_5112Au menu, chaudrée de palourde, pétoncles frites, lobster roll (guédille de homard), assiette de fruits de mer et même poutine au clam showder. Tout est bon, mais sans plus. Les prix sont raisonnables.

IMG_5113On pourrait presque dire que la clientèle va de 17 à 77 ans, tellement, il ne semblait pas y avoir de client type.  Musique d’ambiance: Galaxie Goldrock ou The 70s. Ce n’est pas le genre de place où l’on sort pour rencontrer, mais plutôt où l’on va avec des amis pour prendre une bière et qu’on ressent l’appelle de la mer (plutôt que du hamburger).

Oyster Shack, 1242 bishop, (514)395-1888

Le garde-manger – Vieux-Montréal

Je m’imaginais que le Garde-manger était un genre de Supper Club où la bouffe n’était qu’un prétexte à nous faire boire et danser sur les tables. J’ai été agréablement surprise lors de ma première visite à ce charmant restaurant du Vieux-Montréal. D’abord, la salle à manger a vraiment un style typique du Vieux, sans tomber dans le cliché de restaurant touristique. On pourrait dire un style « ancestral-convivial »… ?

Photo tirée du travel.nytimes.com

La carte est surtout axée sur les produits de la mer. D’ailleurs, on y trouve une intriguante poutine au homard. Surprenament, l’ensemble est goûteux, la sauce brune étant faite à base de bisque de homard, et servie avec des grosses pinces sur le dessus dans une petite casserole. Il va s’en dire que ce plat peut facilement se partager, si on ne veut pas trop gâché notre appétit. Autre entrée intéressante, le tartare de boeuf, servi ici avec gros morceau d’olive verte et de fromage fort. Vraiment différent, pas pour les puristes, mais vraiment fort en gueule. Encore une fois, la portion est généreuse. En plat principal, l’aile de raie pané. Humm. Un vrai délice si tendre qu’elle s’effilochait, et si goûteuse que le goût m’est resté en tête pendant plus d’une semaine!

Alors, une très bonne note pour ce restaurant où l’ambiance, le service (entièrement masculin), et la nourriture sont excellents.

Idéal pour un rendez-vous, un souper entre amis (peut-être pas un gros groupe car les lieux sont assez exigus), et n’importe quelle occasion que vous trouverez!

Compter environ 70$ par personne avec une bouteille de vin partagée.

PS. C’est le restaurant du chef Chuck Hughes qui a son émission sur le Food Netwood (Chuck’s day off), vous savez le chef qui est passé à Tout le monde en parle et qui a des tatous de ses aliments fétiches sur les bras.